La poterie

L’argile est l’ingrédient de base de la poterie, après avoir été extrait il est lavé puis laissé une semaine dans un bassin à décantation (sert à laissé reposer pour que les impuretés tombent au fond du bassin) et il est mis à sécher au soleil par bloc. Il peut ensuite servir pour fabriquer de la brique ou pour créer des poteries. La couleur de l’argile dépend de sa teneur en fer, si il est rouge sa teneur en fer est importante si il est beige sa teneur en fer est faible.

La poterie est un récipient qui peut-être en divers matériaux, en voici quelques uns décrient ci-dessous.

La terre cuite ce matériau seulement à base d’argile donne une poterie poreuse perméable. Cette poterie en terre cuite doit être cuite à basse température (800 à 1000°celsius)

Le Grès est composé d’argiles mélangés à du feldspath, ce matériau donne une poterie rugeuse et imperméable, elle doit être cuite à haute température (1300 à 1500° celsius)

La porcelaine composée d’argile de feldspath et de kaolin donne une poterie lisse et imperméable après avoir été cuite à haute température. (<1500°)

Les couleurs des différentes poteries sont dus aussi à des différences de cuisson.

En effet par exemple la céramique grecque est généralement une céramique rouge à figures noires ou une céramique noire à figures rouges. Ce sont des céramiques couvertes en partie par un engobe et cuites de deux manières différentes.

Si lors de la cuisson on commence par une phase d’oxydation (qui est faite par l’ouverture du four) la céramique prendra rapidement une couleur rouge. (l’engobe gardera cette couleur) puis ensuite le four sera fermé (phase de réduction) ce qui donnera une couleur noire à la poterie (à cause du dioxyde de carbone).  Si au contraire vous commencez par une phase de réduction, et faites ensuite une phase d’oxydation. Vous obtiendrez une céramique noire à figures rouges.

Le deuxième cas est beaucoup plus simple car obtenir la chaleur optimale avec une 1ère phase d’oxydation est à l’époque bien sur quasiment impossible. Les Romains ont contournés cet obstacle en créant les fours à tubulures. En effet la céramique est mis dans la chambre de chauffe qui n’a aucun contact avec les fumées (contenant le dioxyde de carbone) puisqu’elles s’échappent par les tubulures qui sont des petites cheminées situé de chaque côté du four. La céramique ainsi obtenue est nommée céramique sigillée. Cette céramique est caractéristique de l’époque Romaine.

Et enfin le dernier type de cuisson est celui de la céramique noires qui cuit dans toutes ces phases en phase de réduction (fours fermés). Cette céramique noire est très utilisé durant le Moyen-Age.

 

 



adamfait |
La récupération est-elle la... |
ana112big |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mathématiques au Lycée
| «Evaluation of the sustaina...
| Le lutin est dans l'arbre